« Aux frontières de l’absurde | Accueil | Marcher entre murs et émeutes »

29/06/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

houria aitrabah

très fort ce texte plein d'émotion,bravo!

Ghouti

Je souhaite à celles qui s'apprêtent à devenir mères...Bonne Chance ! Et merci pour votre article.

Céline

Mes yeux se sot mouillés à ta lecture, ma fille endormie dans la pièce d'à-côté, métisse tout juste grande de deux ans, héritière de la multiculture algéro-française, indissociable.
au plaisir de se retrouver Ghania !

amina

bravo encore bravo ....

jacqueline tambini

merci a nour de me faire lire se tres beau texte jacqueline

JOHNEN

Magnifique présentation de ce documentaire. Les émigrés sont trop peu valorisés. ET pourtant, ils ont eux aussi fait la grandeur de la France: le travail fourni,et aussi les armes à la mains pour défendre le pays qui les avaient accueilli, en s'engageant auprès des français pendant les deux dernières guerres notamment.
Une description pleine d'émotion qui me fait penser entre autre à tant d'histoires de vie et aussi à la mienne! Je ne manquerais pas d'aller le voir sur le grand écran.

Isabelle Mayault

Félicitations pour votre travail! Nous cherchons justement des plumes venues d'Algérie pour notre plateforme collaborative Mashallahnews.com. N'hésitez pas à nous écrire si cela vous intéresse. Bonne continuation.

hezzat

que d'émotion bravo avant on nous parlaient d'integration alors que nous étions d'ici et aujourd'hui qui l'eut cru on nous parlent d'assimilation cela fait peur ,la lutte n'est pas fini et les freres Amokrane en sont de valheureux guerriers pacifistes

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

L'auteur

Ghania Mouffok est journaliste depuis 1984, elle vit et travaille en Algérie, (Alger) en indépendante depuis 1992.

février 2012

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29        
Terriennes
TV5MONDE